lundi 20 mars 2017

Carnets de voyage et valise de curiosités congolaise


Il y a parfois de jolies rencontres dans la vie. Celle que je vais vous raconter en fait partie.
Il y a quelques semaines, j'ai participé à un forum Afrique/Moyen Orient au siège social d'Air France, invitée par Jacqueline Ngo Mpi, la créatrice du City Guide de l'Afrique à Paris (un guide culturel et touristique qu'il vous faut absolument posséder si vous aimez l'Afrique et Paris, que vous soyez afro-descendant ou pas).  Dans ce guide, 5 artistes  (dont je fais partie) ont été invités à donner leur vision de Paris.

Lors de cette journée, j'exposais quelques unes de mes parisiennes, dont celle qui illustre le City Guide (je vous reparlerai de tout cela dans un autre article). J'avais aussi apporté quelques unes de mes valises de curiosités africaines, tout juste avant leur accrochage à l'Office de Tourisme de Pontoise, prévu le lendemain.

La plupart des visiteurs était des membres du personnel d'Air France (navigant ou pas) et l'accueil réservé à mon travail était chaleureux et bienveillant. Un homme (blanc) s'est approché de moi et m'a demandé si je réalisais des valises sur commande. Je venais juste de finir cette série de 17 valises, et je n'avais pas une seconde imaginé qu'à peine sorties de l'ombre de mes tripes, on me demanderait déjà de leur faire une petite soeur.

J'ai répondu un peu hésitante:
- Oui, pourquoi pas.
- Ce serait pour un autre pays (je n'avais que trois valises ce jour là: Mayotte, le Sénégal et le Cameroun).
- Oui, d'accord, mais ce serait mieux si je connaissais ce pays, et si j'y étais déjà allée car je me sens  incapable de créer une valise sur une destination inconnue (même si j'ai beaucoup voyagé sur le continent africain, je suis loin d'être allée dans les 54 pays qui le composent).
- Le Congo !
- Oui, mais lequel ? (là, mon coeur commence à battre très vite, parce qu'au fond de moi, je connais la réponse).
- Kinshasa !
- Alors, comment vous dire, je n'y suis jamais allée (je suis allée à Brazzaville) mais c'est sans doute la culture que je connais la mieux car mon mari est kinois.
- C'est pour mon fils, il vient du Congo, il va fêter ses dix ans et j'aimerais lui offrir une petite valise de son pays d'origine.

Mon coeur s'est emballé, ma tête s'est mise à tourner, j'ai dis oui.
Les semaines qui ont suivi ont été intenses, je n'ai pas cessé de voyager, en train et en avion, pour des expositions, vernissage, conférences, ateliers, rencontres, café littéraire... Deux fois à Pamiers, dans l'Ariège, deux fois à Aurillac, dans le Cantal, une fois à Agde, dans l'Hérault, entre autres. Entre chaque valise, j'ai plongé dans celle d'Eliezer pour la faire le plus possible à son image. J'y ai mis tout mon coeur, tout mon amour, comme si c'était un cadeau pour l'un de mes enfants. Je savais qu'en plus d'être décorative pour sa chambre,  cette valise serait un petit bagage pour qu'Eliezer traverse la vie avec une trace de son passé, et que même si c'était une trace imaginaire et symbolique, elle serait surement un objet auquel il se raccrocherait quand il aurait des moments de doute ou de mélancolie.  Eliezer a eu dix ans, c'est un magnifique petit garçon, et d'après son sourire et son attitude, mais aussi les dires de ses parents, cette valise lui a beaucoup plu.

J'ai été extrêmement touchée par la demande de ses parents.  Je suis persuadée que cette rencontre n'était pas un hasard. Eliezer ressemble à  l'homme que j'aime enfant et c'était très touchant pour moi que de travailler sur ce projet. J'ai toujours du chagrin lorsque je vends l'une de mes oeuvres, mais là, je dois dire que c'est la première fois que je confie l'un de mes bébés avec autant d'apaisement, une fois le trac de la rencontre passé.  Je sais que cette rencontre avec Eliezer est un signe dans ma vie d'artiste, le signe que je peux à présent confier mon travail à d'autres qui l'adopteront avec autant d'amour que j'ai mis à le créer. Eliezer est le plus merveilleux des porte-bonheurs dont je pouvais rêver.

Je n'ai volontairement pas tout expliqué parce que cette histoire ne m'appartient pas et que je dois respecter la vie privée de cette famille, mais je pense que vous aurez su lire entre les lignes.

Voici quelques images de cette valise. Si vous aussi avez un projet similaire, ou envie d'offrir un cadeau unique, une oeuvre d'art créée autour de l'histoire de quelqu'un que vous aimez,  que ce soit un enfant, un homme, une femme, une amie, ou même en souvenir de votre animal de compagnie, contactez-moi par mail (antonia.neyrins chez wanadoo.fr).

Sinon, mes valises de curiosités africaines seront bientôt exposées sur Paris, et certaines seront à adopter, elles n'attendent que vous. Je vous en dis plus bientôt.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire


Merci de me laisser un commentaire, cela me fait tellement plaisir de savoir ce que vous pensez !

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...