vendredi 19 juin 2015

La Cigogne Volubile, Marrakech, Maroc - mai 2015

Une vidéo d'Hindi Zahra, chanteuse marocaine dont la carrière explose actuellement. Elle était en concert à Essaouira, lors de notre séjour marocain.

Un dernier petit tour au Maroc, dans le cadre de La Cigogne Volubile. Après Essaouira et Agadir, voici les ateliers que j'ai animés à Marrakech.  Tout d'abord, dans le Riad Denise Masson, avec des enfants du quartier.


Si vous regardez bien les photos ci-dessous, vous verrez que le carnet que nous avons réalisé est présenté fermé sur la première photo et ouvert sur la seconde. J'ai adoré travailler avec ce groupe, qui venait d'une école élémentaire de la Medina, et qui avait beaucoup marché pour venir à ma rencontre.  Ces enfants qui apprennent le français, sont encore débutants mais c'était un plaisir que d'échanger avec eux et leur enseignante.

Voici un autre groupe d'enfants, rencontré au sein de l'Institut Français de Marrakech, situé en périphérie de Marrakech, bien après Guéliz.


Un autre atelier, celui-ci animé au coeur de la médiathèque de l'Institut français. Les enfants étaient si nombreux qu'ils ont eux même proposé de faire deux carnets: un par les filles, l'autre par les garçons. Il faut dire qu'au Maroc, les enfants ont tendance à se séparer en deux groupes: filles et garçons. Les enseignants doivent souvent rétablir la parité autour des tables. Mais là, nous avons laissé faire, cela créait une certaine émulation et incitait les enfants à faire un carnet abouti.

Et voici le résultat après un peu plus d'une heure de travail. Tous les enfants étaient heureux et les carnets étaient de même qualité.
Après nos ateliers respectifs, Pat et moi étions souvent sollicités par des enfants qui avaient adoré nos ateliers ou qui étaient déçus de ne pas y avoir participé. Comme Fatima, sur la photo ci-dessous, à qui j'ai rapidement esquissé son portrait. Je suis toujours très frustrée de cacher les visages des enfants que je vous montre, mais je suis souvent aussi ulcérée de voir les photos d'enfants prises autour de la planète, et qui circulent sur internet sans aucun respect de leur image. Nos enfants sont hyper protégés à l'école, nous devons signer tout un tas de documents pour autoriser ou pas les enseignants à les prendre en photos et les filmer, et nous oublions complètement ce qui nous parait évident pour nos enfants, lorsque nous voyageons à l'étranger. J'avoue être bien perplexe sur ce sujet. Moi aussi, j'ai des photos époustouflantes d'enfants du monde, souriants, les yeux pétillants, l'air enjoué ou au contraire à la mine grave et triste, aux yeux profonds et dérangeants. Ai-je le droit de les exposer sur internet et de profiter de leur image sans aucune autorisation de leurs parents ? Si vous avez un avis sur la question, laissez-moi un commentaire, cela m'intéresse !

Et encore, un autre atelier, cette fois-ci dans une classe élémentaire du Lycée Français de Marrakech. C'était vraiment une journée particulière pour ces enfants, car il avait un tout nouvel enseignant depuis le matin-même, soit quelques minutes avant que je ne débarque dans leur classe avec mes carnets.
Si vous regardez bien la photo ci-dessus, la petite fille à gauche utilise mon pinceau japonais à réservoir d'eau et ma boite d'aquarelle. Elle était si douée et appliquée que je n'ai pas hésité à lui prêter mon propre matériel.





J'ai adoré travailler avec cette classe, les enfants avaient un talent fou. Certains m'ont vraiment époustouflé par leur goût des couleurs, leur dextérité à découper, leur travail soigné, leur application et le côté raffiné de leur création. Sincèrement, voyager et travailler avec des enfants me fait découvrir à quel point la culture dans laquelle on baigne façonne inconsciemment notre potentiel créatif. Et il n'y a pas de doute les enfants marocains sont pétris de culture, de motifs, d'arabesques, de couleurs, d'entrelacs, de frises et autres motifs décoratifs. Ils ont une imagination riche et diversifiée, bien supérieure à tout ce que j'ai vu dans les nombreux ateliers que j'ai animés en France où nos enfants ont besoin de "modèles" à recopier (hélas). Ci-dessous, la classe au complet avec leur nouvel enseignant.
Et enfin, le clou de notre séjour, le salon du livre de La Cigogne Volubile, à l'Institut Français de Marrakech. Devant l'entrée, la banderole avec nos noms. La classe, non !



Pas beaucoup de photos de cette journée passée trop vite, ni de l'excellent déjeuner offert par l'Institut Français dans le quartier du Guéliz, hélas. Merci à Emmanuelle pour cette photo ci dessous.
Pat Masioni
Voilà, j'aurais pu vous raconter mille et une autre choses encore, vous montrer mille et une autre photos, des pages de mes carnets, les ruelles de la Medina de Marrakech que j'aime tant... Mais j'ai encore beaucoup d'autres voyages (en retard) à vous montrer.
Pat Masioni
Voici nos deux traces dans le livre d'or de l'Institut Français, (Pat Masioni ci-dessous et Antonia Neyrins, ci-dessus).
Vraiment un grand merci à toute l'équipe de l'Institut Français et du Riad Denise Masson, vous avez tous été formidables et nous sommes encore sous le charme de ces deux semaines marocaines, que vous avez su rendre inoubliables. 

A bientôt pour une nouvelle aventure, en Charente et en Charente Maritime !
D'ici là, bon(s) voyage(s).

4 commentaires:

  1. Je suis tout à fait d'accord avec vous sur le respect du aux enfants. Merci, c'est rare de lire une telle réflexion et ça change des blogs où les photos d'enfants sont exhibées, surtout s'ils sont d'autres continents. C'est souvent indécent. Cat

    RépondreSupprimer
  2. Tout à fait d'accord avec toi antonia... Il est de notre devoir de respecter ces enfants en leur voilant le visage... Même si on a envie de montrer leurs sourires et leurs yeux pétillants qui traduisent le bonheur qu'ils ont eu à vivre cette belle expérience avec vous 2!pour avoir vécu ma vie d'enseignante avec des enfants je sais leur richesse...

    RépondreSupprimer
  3. Et bien moi aussi je suis entièrement d'accord et j'en ai pris conscience justement grâce aux blogs d'Antonia.

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour vos commentaires. Je vous avoue être toutefois un peu embêtée car j'ai accumulé de magnifiques photos d'enfants tout au long de mes voyages, et ces trésors restent dans mes disques durs au lieu d'être partagés ici ou ailleurs sur le net... Mais cela me gène tellement de ne pas respecter leur droit à l'image sous prétexte qu'ils vivent sans ordinateur et sans moyen de se défendre...

    RépondreSupprimer


Merci de me laisser un commentaire, cela me fait tellement plaisir de savoir ce que vous pensez !

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...