lundi 6 octobre 2014

Carnets de voyage à Alger - Salon International de Bande Dessinée d'Alger septembre 2014


Je suis de retour d'Algérie où j'étais invitée au Festival International de Bande Dessinée d'Alger.





Le voyage et le séjour ont été mouvementés en raison des grèves d'Air France, qui nous ont contraint à prendre un vol Air Algérie mais aussi et surtout en raison de l'assassinat d'Hervé Gourdel, citoyen français, le lendemain de notre arrivée.


L'Ambassade de France a annulé toutes les festivités prévues et nous a confiné: Hôtel, car, Festival, car, hôtel... d'un seul coup, voici tout ce qui restait du fabuleux programme prévu pour la semaine...


Faire un carnet de voyage sur un oeuf dur à l'hôtel... j'ai bien essayé mais le résultat n'était pas vraiment concluant...



Pour chaque auteur, le Festival avait prévu une grande bâche jaune avec un texte de présentation écrit en français et en arabe.


J'ai participé à une conférence intitulée "Ils dessinent le monde" avec d'autres auteurs qui parcourent la planète. Le Festival était un grand village de tentes avec plein d'invités tous plus passionnants les uns que les autres, et une librairie bien achalandée.




Quelques extraits de mes carnets (des reproductions) étaient exposés sous un chapiteau.


Au menu, midi et soir, des repas dans des boîtes en carton... Moi qui rêvait de découvrir la gastronomie algérienne !




Une sortie organisée (encadrée et sous haute surveillance) au Jardin d'Essai d'Alger. Ici une toute petite partie du groupe d'auteurs.  Nous n'étions pas tous français, mais plutôt du monde entier: Chine, Taïwan, Corée, Cuba, Brésil, Russie, Cameroun, Congo, Côte d'Ivoire, Gabon, Etats Unis, Italie,  Royaume Uni, Tunisie, Belgique, Québec, France... (et j'en oublie sûrement). La plupart d'entre nous venaient pour la première fois à Alger, pour certains même c'était leur première fois en Afrique.


Une soirée avec un fantastique groupe de musiciens gnawas, qui nous a fait danser, danser et danser.


L'Hôtel EsSafir est un hôtel mythique plein de surprises surannées, comme les ascenseurs Art Déco qui ne tiennent qu'à un fil, les salles immenses à l'atmosphère d'un autre temps, vestiges d'un passé colonial, la terrasse introuvable aux non initiés (et où l'on sert des boissons officiellement non autorisées)...


Malgré toutes ces activités, toutes ces découvertes, que ce soit au Festival ou à l'hôtel, nous avons vite eu l'impression de tourner en rond... Et l'appel de l'extérieur était de plus en plus fort...(je me sentais comme la petite chèvre de Monsieur Seguin).


Petit à petit, nous avons tous désobéi à l'interdiction de sortir...



Vous comprendrez que dédicacer tout en faisant mon carnet sur le salon de la BD m'a vite incitée à franchir les interdits...tout en restant extrêmement prudente. Je suis curieuse mais je fais toujours très attention à la façon dont je me comporte et dont je m'habille, ce que je mange, les conditions d'hygiène dans lesquelles j'évolue... Résultat, une centaine de voyage dans une cinquantaine de destinations et je n'ai jamais été malade, je n'ai jamais eu d'accident, et je me suis sortie plusieurs fois de situations difficiles et périlleuses sans trop de difficultés. Bien sur, voyager comporte des risques, mais je n'oublie jamais que voyager dans le métro parisien peut s'avérer très dangereux aussi, et que de nombreux voyageurs, pas forcément touristes, s'y font agresser et voler chaque jour. Bref, ici ou ailleurs, je reste prudente tout en essayant d'être le plus curieuse possible. Le maître mot quand on voyage: passer inaperçue et se fondre dans la population.







Déambuler dans les rues de la Casbah, courir dans les ruelles, grimper les escaliers, sourire aux passants (qui nous rendaient nos sourires au centuple), humer les odeurs des échoppes et des herboristes, regarder les artisans travailler, passer dans un marché couvert, acheter un voile pour passer encore plus incognito avec mon appareil photo, longer le port et regarder les cargos sur la mer Méditerranée, admirer les façades blanches de la Grande Poste et de l'Hôtel Essafir... Quel bonheur...







Pousser les portes entrouvertes réserve aussi parfois de très belles découvertes. Je suis très heureuse d'avoir entrainer le petit groupe avec lequel je visitais la Casbah à pénétrer dans ce joyau, où j'espère retourner prochainement.





Et voici quelques pages de mon carnet... pages inachevées mais qu'importe puisque je me suis faite la promesse de revenir.








Je suis rentrée depuis quelques jours déjà mais la Casbah trotte toujours dans ma tête... et je n'arrive pas à effacer les images gravées dans ma mémoire...

Un grand merci à Laurent, Dalila, Yannis et à toutes celles et tous ceux que j'oublie de citer.

A bientôt, et bon voyage...

1 commentaire:

  1. Très jolie , Alger est une ville qui regorge de magnifiques choses. J'espère que vous y retournerez et que vous pourriez visiter d'avantages sans trop de contraintes.

    RépondreSupprimer


Merci de me laisser un commentaire, cela me fait tellement plaisir de savoir ce que vous pensez !

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...